Skip to main content

L'arrêt cardiaque (aussi appelé mort subite de l’adulte) est dû à un trouble du rythme cardiaque, mortel en quelques minutes en l’absence de prise en charge. Une intervention rapide peut faire repartir le cœur et éviter de lourdes séquelles.

L’arrêt cardiaque est dans la majorité des cas dû à un trouble du rythme appelé fibrillation ventriculaire. C’est souvent une complication d'un accident cardiaque comme l'infarctus du myocarde.

Comprendre son cœur

Cœur sain

Lorsque tout fonctionne bien, le muscle cardiaque se contracte régulièrement pour envoyer le sang dans tout le corps. Ces mouvements coordonnés et automatiques sont impulsés par un circuit électrique, qui régit l'activité cardiaque.

Pourquoi le cœur s’arrête-t-il ?

Soudainement, l'activité de ce circuit se dérègle et le cœur se met à fonctionner anormalement : il n'est plus en rythme, c'est la fibrillation ventriculaire. On parle aussi d'arythmie. Ces contractions anarchiques empêchent le cœur d'assurer sa fonction de pompe et d'irriguer le reste de l'organisme.

Cœur en fibrillation ventriculaire

Comment reconnaitre un arrêt cardiaque ?

La victime perd connaissance, tombe ; elle ne réagit pas quand on lui parle, quand on la stimule. Elle ne respire pas ou les mouvements respiratoires sont inefficaces, lents, bruyants et anarchiques (=gasps). C'est un arrêt cardiaque ! Agissez immédiatement ! Dès la troisième minute, privé d'oxygène, le cerveau commence à souffrir et des lésions apparaissent.

Refaire partir le cœur

Si aucun soin n'est pratiqué dans les huit minutes, les chances de survie sont quasi nulles. D'où l'importance de connaître les gestes de réanimation cardiaque.

Quelle est la cause de l’arrêt cardiaque ?

90% des arrêts cardiaques de l’adulte sont dûs à une cause cardiovasculaire. Le plus souvent, il s’agit d’une fibrillation ventriculaire mais il existe d’autres causes : noyade, électrisation, intoxication, hypothermie, overdose, insuffisance respiratoire aiguë, etc.