Je bouge

Le sport
permet-il d’abaisser le cholestérol?

En France, un adulte âgé de 18 à 74 ans sur cinq présente un excès de cholestérol1. Un taux trop élevé de « mauvais » cholestérol augmente le risque de maladies cardio-vasculaires : le cholestérol est responsable d’un infarctus du myocarde sur deux. Il est primordial de contrôler son taux de cholestérol et de le réduire si nécessaire. De nombreuses études scientifiques ont démontré que l’exercice physique permet d’augmenter le « bon » cholestérol, de réduire le mauvais et le taux de triglycérides, un autre type de lipide qui circule dans le sang.

Bon et mauvais cholestérol, quelle différence ?

Contrairement aux idées reçues, le cholestérol, quand il n’est pas en excès, n’est pas forcément mauvais. Le cholestérol est une molécule unique et indispensable aux membranes cellulaires car il favorise le maintien de leur structure. On distingue le « bon » et le « mauvais » cholestérol en fonction des protéines qui le transportent dans l’organisme, via la circulation sanguine. Les HDL (lipoprotéines de haute densité) ramassent le surplus de cholestérol présent dans les organes et le ramènent vers le foie où il est éliminé ; elles font référence au « bon » cholestérol. A contrario, les LDL (lipoprotéines de faible densité), c’est-à-dire le « mauvais » cholestérol, favorisent le dépôt lipidique sur la paroi des artères en distribuant le cholestérol aux organes. L’excès de mauvais cholestérol peut à terme obstruer les artères et entrainer la survenue d’un infarctus du myocarde ou d’un accident vasculaire-cérébral (AVC).

Tout comme l’excès de cholestérol, un taux élevé de triglycérides dans le sang est néfaste pour la santé car il favorise le développement de maladies cardio-vasculaires. Les triglycérides sont des lipides qui proviennent de l’alimentation (sucres, alcool) et de la synthèse hépatique. Un adulte en bonne santé présentera dans son bilan lipidique un taux plus élevé de HDL que de LDL et une faible quantité de triglycérides (moins de 1,7 mmol/l pour les femmes et 2mmol/l pour les hommes).

Le sport pour lutter contre l’excès de cholestérol

De nombreuses recherches scientifiques ont démontré les bienfaits du sport dans l’amélioration du taux de cholestérol. Pratiquer une activité physique régulière permet d’augmenter le taux de cholestérol HDL, de diminuer le taux de cholestérol LDL et le taux de triglycérides. Les sportifs réguliers ont un taux de « bon » cholestérol jusqu’à 30% plus élevé que les sédentaires2. En effet, durant un exercice physique, l’organisme va utiliser le cholestérol pour mieux fonctionner.

Il est recommandé de pratiquer régulièrement une activité physique (marche, course à pied, cyclisme, natation, entrainement aérobie…) à intensité modérée ou élevée entre 30 et 60 minutes au moins 5 fois par semaine3. En moyenne, on constate une augmentation du taux de cholestérol HDL de 10% au bout de 3 mois d’activité physique régulière modérée et une diminution du taux de triglycérides de 25% après 2 semaines.

Au début des années 2000, des chercheurs américains4 se sont intéressés aux taux de lipoprotéines chez plus d’une centaine d’individus sédentaires n’ayant jamais modifié leur alimentation. Pendant environ 8 mois, les chercheurs ont assigné aléatoirement les participants à trois groupes d’exercice différents : un groupe dont l’exercice physique était de haute intensité et en quantité élevée ; un groupe d’activité physique à intensité élevée mais en quantité moindre ; et un groupe dont l’exercice était d’intensité modérée et en faible quantité.

Les résultats ont montré que les personnes pratiquant plus longtemps une activité physique à intensité élevée avaient un meilleur taux de cholestérol que les personnes faisant du sport en moindre quantité. Même si l’intensité de l’exercice a des effets bénéfiques, la quantité semble beaucoup plus importante pour réduire le risque de maladies cardio-vasculaires.

Découvrez notre brochure "Activité physique"

Télécharger

Sources :

  1. Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Cholestérol LDL moyen et prévalence de l’hypercholestérolémie LDL chez les adultes de 18 à 74 ans, Etude nationale nutrition santé (ENNS) 2006-2007 ; France métropolitaine.

  2. Programme national nutrition santé (PNNS). Activité physique et santé : arguments scientifiques, pistes pratiques.

  3. Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM). De l’exercice pour améliorer son taux de cholestérol

  4. Kraus W.E. et coll., Effects of the amount and intensity of exercise on plasma lipoproteins, New England Journal of Medicine, 347 (19) : 1483-92, 7 November 2002.