Les projets de recherche financés par la FFC

L’œil, miroir du cœur

« L’œil, miroir du cœur » Projet COREYE (COronary Resistance by EYE examination) Pr Pierre Lantelme

HCL, Université de Lyon, CREATIS

En quoi consiste le projet ? 

Le réseau des artères coronaires - artères nourricières du cœur - est adaptable ce qui lui permet de multiplier par trois ou plus son débit de sang riche en oxygène pour répondre à une augmentation du travail du cœur. Ce réseau coronaire comprend des grosses artères qui cheminent à la surface du cœur et qui peuvent être directement visualisées lors d’une coronarographie (opacification des artères coronaires par injection d’un produit opaque aux rayons X); il comprend également des petites artères, réunies sous le vocable « microcirculation », qui cheminent à l’intérieur du muscle cardiaque et qui représentent l’essentiel de la résistance à l’écoulement du sang. Pourtant, aucun moyen simple ne permet d’explorer cette microcirculation en routine.

L’hypothèse du projet COREYE est que ces résistances microcirculatoires coronaires pourraient être déterminées à partir des caractéristiques de la microcirculation au niveau de l’œil qui en partage certaines caractéristiques communes. Cette étude sera basée sur la mesure invasive du flux coronaire et donc des résistances coronaires d’une part et, d’autre part, par une analyse du fond de l’œil et de la densité vasculaire de la choroïde. Le projet fera appel à une technique d’apprentissage automatique (« machine learning ») qui permet la production de nouvelles connaissances à partir de grandes quantités de données d'imagerie.

Quels sont les résultats attendus ? 

Les retombées cliniques sont importantes. Si l’hypothèse se vérifie, elle améliorera la performance diagnostique des outils dont nous disposons en coronarographie. Elle améliorera surtout la décision thérapeutique. En effet, la mise en place d’un stent (prothèse coronaire utilisée pour élargir la lumière de l’artère lorsqu’elle est rétrécie par une plaque d’athérome), ne se conçoit que si le problème se situe principalement au niveau des grosses artères. Elle ne peut être la solution thérapeutique lorsque le problème d’insuffisance de débit se situe principalement au niveau de la microcirculation. Pour l’heure aucune technique utilisable en routine ne permet de faire le distinguo de façon formelle.

A quoi est utilisé le financement de la FFC ? 

Ce projet est entièrement soutenu par la Fédération Française de cardiologie grâce à la générosité de M. René Foudon, à hauteur de 249 000 € pour 2 ans et couvre :

  • des frais d’équipement permettant les mesures coronaires et rétiniennes
  • des frais de personnel pour les examens ophtalmologiques, non effectués en routine
  • les surcouts liés à l’introduction des examens ophtalmologiques

Trente patients sur les 200 prévus sont d'ores et déjà inclus à mars 2019.

Pour soutenir la recherche en cardiologie, faites un don

Donner

Les projets de recherche financés par la FFC

Voir les autres projets