Observatoire du coeur n°4 : Coeur et femmes

Alerte rouge
sur un enjeu de santé publique

POURQUOI UN CAHIER COEUR & FEMMES ?
Alerte rouge sur un enjeu de santé publique

La Fédération Française de Cardiologie alerte sur les risques des maladies cardio-vasculaires chez les femmes, 1re cause de mortalité pour elles et véritable enjeu de santé publique. Contrairement à ce que l’on croit, ces maladies touchent de plus en plus de femmes, jeunes de surcroît. Plusieurs raisons à cela : une moins bonne hygiène de vie (tabac, alcool, stress, manque d’activité physique, mauvaise alimentation…), un organisme et une réaction aux maladies différents des hommes. Les femmes sont aussi moins bien dépistées et prises en charge plus tardivement, en raison notamment de symptômes spécifiques qui restent trop peu connus.

Une réalité alarmante : les maladies cardio-vasculaires progressent chez la femme

Elles représentent la 1re cause de décès.


Maladie cardiaque - 1ere cause de décès chez les femmes

  • 1 femme sur 3 décèdera d’une maladie cardio-vasculaire en France
  • Les maladies cardio-vasculaires. responsables de 8 fois plus de décès que le cancer du sein.
  • Les femmes plus touchées que les hommes : sur les 147 000 personnes qui décèdent chaque année en France d’une maladie cardio-vasculaire, 54 % sont des femmes.1

Ces maladies sont en forte progression chez la femme de moins de 50 ans.

hospitalisation pour infarctus chez les femmes de 45 et 54 ans

 

Pourquoi cette situation ?

Une mauvaise hygiène de vie avant tout.
80 % des maladies cardiovasculaires sont liées au tabagisme, à la consommation d’alcool, à un manque d’activité physique, à une mauvaise alimentation, ou encore au stress.
D’autres facteurs particulièrement à risque sont à surveiller chez les femmes, comme l’hypertension artérielle (près d’1 femme sur 2 est hypertendue après 45 ans)2, ou encore le diabète qui augmente le risque de mortalité cardio-vasculaire de 3 à 7 fois chez la femme, contre 2 à 3 fois chez les hommes.

Une prise en charge encore trop tardive

Les maladies cardio-vasculaires restent encore dans les esprits majoritairement masculines. Les femmes, et même parfois les professionnels de santé, ont tendance à minimiser les risques. Cela s’explique en partie par des symptômes qui sont différents de ceux des hommes et encore mal connus. Ainsi, en cas d’infarctus du myocarde, les femmes présentent des symptômes atypiques dans près d’1 cas sur 2, au-delà des douleurs dans la poitrine ou dans l’épaule :

  • palpitation lors d’un effort ;
  • essoufflement ;
  • difficultés à respirer associées à une forte fatigue persistante ;
  • nausées ;
  • vomissements ;
  • sueurs ;
  • douleurs dans l’estomac.

Ces symptômes atypiques contribuent à une prise en charge trop tardive des femmes. Il faut ainsi à l’entourage 1h supplémentaire en moyenne entre un homme et une femme avant d’appeler le numéro d’urgence.

Les femmes, les oubliées de la recherche

Le nombre de femmes impliquées dans des essais cliniques en cardiologie demeure encore limité et la connaissance de leur physiopathologie est loin d’être satisfaisante. Les médicaments actuellement administrés ont ainsi été créés sur la base d’études réalisées essentiellement sur des hommes et n’ont pas le même degré d’efficacité sur les femmes.

CONTRACEPTION, GROSSESSE ET MÉNOPAUSE :
DES RISQUES ACCRUS

Durant ces trois périodes clés de leur vie hormonale, les femmes sont encore plus vulnérables face aux maladies cardio-vasculaires. Une vigilance toute particulière est ainsi nécesssaire.

La contraception

Les contraceptifs à base d’oestrogènes de synthèse (majorité des pilules, patchs cutanés, anneaux vaginaux) favorisent la coagulation du sang et donc la formation de caillots. Plus dangereux encore : la cigarette + la prise d’un contraceptif avec oestrogènes de synthèse, en particulier après 35 ans. Cette association multiplie les risques d’obstruction des artères et des veines, même s’il n’est question que de quelques cigarettes par jour.

La grossesse

Pour alimenter le placenta et nourrir le foetus, le volume de sang traité par le coeur de la femme enceinte progresse de 4/5 litres à 6/7 litres de sang par minute. La fréquence cardiaque augmente et peut révéler une maladie cardio-vasculaire ignorée ou bien l’aggraver.

La ménopause

À la ménopause, les femmes ont tendance à prendre du poids, à avoir un excès de mauvais cholestérol, à développer un diabète… Tous ces facteurs multiplient les plaques de cholestérol dans les artères et donc, le risque de maladie cardio-vasculaire.

 

1. Source : European cardiovascular disease statistics. Eur Heart journal 2013; 34:3028-34. InVS. BEH 2008, 2012, 2014, 2016
2. Maas AHEM, van des Schouw YT, Regitz-Zagrosek V, Swahn E, Appelman YE, Pasterkamp G, et al. Red alert for women’s heart: the urgent need for more research and knowledge on cardiovascular disease in women: proceedings of the Workshop held in Brussels on Gender Differences in Cardiovascular disease, 29 September 2010. Eur Heart J. 2011;32(11):1362-1368

LE DOSSIER COMPLET : 
Edito
1- Pourquoi un Cahier Coeur & Femmes ? Alerte rouge sur un enjeu de santé publique
2- Les femmes et leur coeur : résultats de l’Observatoire du coeur des Français Fédération Française de Cardiologie (enquête IFOP)
3- Des experts commentent l’étude
4- L’action de la FFC sur le sujet Coeur & Femmes

Observatoire du coeur des Français : Coeur et femmes

Télécharger