L'observatoire du cœur des jeunes

Coeur des jeunes,
le constat scientifique

Baisse de l’activité physique, comportements favorisant la sédentarité : les jeunes mettent leur coeur en péril

À l’occasion du lancement des Parcours du coeur 2017, la Fédération Française de Cardiologie alerte sur le manque d’activité physique et la trop forte sédentarité des jeunes enfants et des adolescents. Son Observatoire du Coeur des Français constate, au croisement de plusieurs études scientifiques rigoureuses, une baisse de l’activité physique chez les jeunes, combinée à une hausse de la sédentarité et une surconsommation d’écrans. Le tabagisme est également trop répandu chez les adolescents, beaucoup plus sensibles à l’addiction que la population adulte.

En France, seul 1 enfant sur 2 bouge au moins 1 heure au cours de sa journée

On le savait déjà, en 40 ans les jeunes (9-16 ans) ont perdu 25% de leur capacité physique1. Cela signifie qu’ils courent moins vite et moins longtemps. En moyenne, si en 1971 un collégien courait 600 mètres en 3 min, il lui en faut presque 4 en 2013 pour cette même distance. On constate une nette augmentation de l'inactivité physique et du temps passé assis dans le mode de vie actuel des enfants et des adolescents. Cela contribue à la progression inquiétante du surpoids et de l’obésité, qui, associée à la sédentarité, explique la réduction de la capacité physique.
À 15 ans, seulement 14% des garçons et 6% des filles exercent une activité physique quotidienne d’intensité modérée à intense en France2. Dans le dernier rapport de l’OCDE, la France est quasiment le plus mauvais élève de la classe européenne pour les adolescents de 15 ans, occupant l’avant-dernière place, alors même que pour les adultes, elle figure à la 5e place2.
Par exemple, moins de la moitié des enfants de 3 à 10 ans pratiquent des jeux de plein air tous les jours complets d’école. 30% ne jouent en plein air aucun jour d’école. Chez les adolescents, 40 à 60% ne pratiquent pas d’autres activités que l’EPS3 en milieu scolaire.

La voiture, moyen privilégié pour aller à l’école

Moins de 4 enfants sur 10 se rendent à pied à la maternelle ou à l’école primaire. 2% y vont à vélo ou à trottinette. La voiture reste ainsi le moyen privilégié par les parents pour conduire leurs enfants à l’école. Pour les collégiens, les constats sont pires. Moins de 3 sur 10 vont au collège à pied et 4% seulement s’y rendent en vélo ou en trottinette. Ils ont 39% à privilégier les transports en commun et 30% à s’y faire conduire en voiture4.
Le constat ne serait pas si alarmant si les jeunes enfants et les adolescents ne vivaient pas aussi près de leur établissement scolaire. Près de 45% des jeunes vivent à moins de 2km de leur établissement scolaire et 21% entre 2 et 5km5. Des distances que l’on peut facilement parcourir à pied, à vélo ou en trottinette. L’utilisation de la marche pour se rendre sur le lieu d’étude n’a cessé de diminuer depuis 1982, contrairement à l’utilisation de la voiture, qui, elle a fortement augmenté.

Ecrans et tabac, des addictions qui s’installent dès l’adolescence

Plus généralement, au-delà de cette baisse d’activité physique, c’est le mode de vie des jeunes qui a beaucoup évolué. Certains de leurs comportements, comme la surconsommation d’écrans et le tabagisme, sont d’autant plus préoccupants que leur cerveau ne termine sa maturation qu’à 25 ans. L’enfance et l’adolescence sont des moments cruciaux, où peuvent se développer de profondes addictions dont il sera difficile de se défaire à l’âge adulte.

Des jeunes enfants et adolescents sur-consommateurs d’écrans
Les jeunes passent de plus en plus de temps devant les écrans, ce qui conduit à une hausse de la sédentarité, considérée comme le quatrième facteur de risque de décès6. D’autant plus qu’elle est souvent accompagnée de mauvaises habitudes alimentaires. La surconsommation d’écrans chez les jeunes entraine aussi des troubles neurocognitifs7 et peut conduire chez les plus sensibles à l’addiction et à la dépression8.
Les temps passés devant les écrans sont bien supérieurs aux seuils maximums conseillés à cet âge. La durée moyenne passée devant un écran par les enfants et adolescents âgés de 3 à 17 ans est en effet d’environ 3 heures par jour, chez les garçons comme chez les filles9.
Cette durée moyenne augmente avec l’âge, de façon plus marquée chez les garçons, avec de plus en plus de temps passé devant l’ordinateur. Les 13-18 ans passent ainsi en moyenne près de 4h30 par jour en semaine devant un écran et près de 6h pendant le week-end9. Cette surconsommation est en partie due à une disponibilité trop grande des écrans : 1 élève de CM2 sur 3 a une télévision ou un ordinateur dans sa chambre10.

1/3 des jeunes de 17 ans sont des fumeurs quotidiens
S’ajoute à ces constats le fléau du tabagisme. 1 élève de 3e sur 2 a déjà fumé du tabac11. À 17 ans, ce chiffre augmente considérablement, puisqu’ils sont 7 jeunes sur 10 à avoir déjà fumé une cigarette12. Et à cet âge 32% d’entre eux fument quotidiennement, soit la proportion de fumeurs observée dans la population adulte13. Or, comme évoqué précédemment, l’adolescence est un âge où le cerveau est particulièrement fragile face aux risques d’addiction. Et plus on fume tôt et donc longtemps, plus les risques de maladies cardio-vasculaires sont importants. L’adolescent ne ressentant pas encore l’effet du tabac sur ses capacités cardio-respiratoires, il ne se rend pas compte qu’il entame son capital santé et devient dépendant.

 

1- Research priorities for child and adolescent physical activity and sedentary behavior : an international perspective using a twin-panel Delphi procedure, Grant Tomkinson – 2013
2- Panorama de la santé, OCDE – 2016
3- Inca 2, ANSES – 2007
4- Inca 2, ANSES – 2007
5- Enquête nationale transports et déplacements, INSEE – 2008
6- Donnée OMS, http://www.Who.Int/dietphysicalactivity/pa/fr/, Consultation mars2016
7- Effects on children’s cognitive development of chronic exposure to screens, archives of pediatrics, B. Harlé et al., May 2012
8- Association between media use in adolescence and depression in young adulthood, archives of general psychiatry, BM. Primarck et al., Feb 2009
9- Etat des lieux de l’activité physique et de la sédentarité en France, ONAPS – 2017
10- Enquête opinion way BJ10469-BM I&E, observatoire pour la santé visuelle et auditive – 2014
11- La santé des élèves de CM2 en 2015 : un bilan contrasté selon l’origine, DREES – 2015
12- HBSC (Health Behavior in Schooled-aged Children), OMS – 2014
13- ESCAPAD, OFDT – 2014

 

LE DOSSIER COMPLET
Sommaire
1- Constat scientifique : les jeunes mettent leur coeur en péril
2- Avis d'experts
3- Les conseils pratiques de la Fédération Française de Cardiologie

L'observatoire du coeur des jeunes

Télécharger le dossier complet