Je mange équilibré

La polémique
du café

Avec 8 millions de tonnes écoulées chaque année, le café s’impose comme l’une des boissons les plus consommées dans le monde. Régulièrement adoubé par la communauté scientifique pour ses vertus santé, le café reste pourtant un produit de consommation assez controversé. Est-il bon ou néfaste pour la santé ? A quelle dose ? Voici quelques éléments de réponse...

Un rôle de stimulant

C’est bien connu, le café est un stimulant : il contient de la caféine qui agit sur les neurotransmetteurs du système nerveux central. Il permet d’augmenter l’attention, la vigilance, la concentration et aide à lutter contre la somnolence et l’endormissement 1-4. De nombreuses études ont d’ailleurs démontré qu’une consommation modérée de caféine (de 1 à 8 tasses par jour) améliorait certaines fonctions cognitives comme l’apprentissage ou la mémoire 5-10.

Des effets modestes sur certaines maladies

Une étude a démontré que la capacité antioxydante du sang augmentait significativement à la suite de l’ingestion d’une seule tasse de café 11. C’est probablement la raison pour laquelle le café aurait un effet préventif sur certaines maladies. Il contient de nombreux composés phénoliques, dont certaines substances volatiles produites pendant la torréfaction. C’est ainsi que la plupart des études montrent que la consommation de café est associée à une diminution du risque de souffrir de la maladie de Parkinson (38 % de risque en moins pour quatre à neuf tasses de café par jour) 12-13. Les antioxydants du café fournirait une protection contre le stress oxydatif, un des mécanismes impliqués dans la maladie.

Et ce n’est pas tout : la consommation régulière de café préviendrait aussi :

  • l’incidence de la goutte 14, la forme d’arthrite inflammatoire la plus répandue,
  • les maladies du foie 15 (surtout la cirrhose).

Le café peut aussi être néfaste pour l’organisme.

  • D’abord, il provoque toujours une hausse de la pression artérielle qui peut nuire à la santé des personnes souffrant d’hypertension. C’est la caféine qui est responsable de cette élévation passagère. Selon plusieurs études, elle aurait des effets indésirables sur certains facteurs de reproduction et de développement, en cas d’excès.
  • Une consommation de plus de 300 mg par jour a été associée par exemple à une diminution de la fertilité16-17.
  • Par ailleurs, en diminuant la tension de repos du sphincter œsophagien, il contribue au reflux du contenu gastrique dans l’œsophage, caractérisé par des sensations de brûlure au thorax et des régurgitations acides.
  • Enfin, certaines études ont montré que le café diminuait significativement l’absorption du fer, surtout celui présent dans les produits végétaux18.

Aucune certitude pour les maladies cardio-vasculaires

Les recherches scientifiques étudiant le lien entre la consommation de café et la réduction des maladies chroniques telles que les troubles cardio-vasculaires, le diabète de type II et l’arthrite n’ont pu aboutir à des certitudes. La plupart sont contradictoires et comportent des biais méthodologiques19.

Quoiqu’il en soit, il faut garder à l’esprit que le café n’est qu’un modulateur du risque de certaines maladies et qu’une consommation modérée doit être privilégiée : on considère qu’une quantité de trois tasses de café par jour (soit 400 à 450 mg) au maximum est sans danger20.

Découvrez notre brochure sur l'alimentation équilibrée

Télécharger

Sources

  1. Kamimori GH, Johnson D, et al. Multiple caffeine doses maintain vigilance during early morning operations. Aviat Space Environ Med. 2005 Nov;76(11):1046-50.

  2. Jay SM, Petrilli RM, et al. The suitability of a caffeinated energy drink for night-shift workers. Physiol Behav. 2006 May 30;87(5):925-31.

  3. Philip P, Taillard J, et al. The effects of coffee and napping on nighttime highway driving: a randomized trial. Ann Intern Med. 2006 Jun 6;144(11):785-91. Texte intégral

  4. Schweitzer PK, Randazzo AC, et al. Laboratory and field studies of naps and caffeine as practical countermeasures for sleep-wake problems associated with night work. Sleep. 2006 Jan 1;29(1):39-50.

  5. Lieberman HR. The effects of ginseng, ephedrine, and caffeine on cognitive performance, mood and energy.Nutr Rev. 2001 Apr;59(4):91-102.

  6. Doan BK, Hickey PA, et al. Caffeinated tube food effect on pilot performance during a 9-hour, simulated nighttime U-2 mission. Aviat Space Environ Med. 2006 Oct;77(10):1034-40.

  7. Durlach PJ. The effects of a low dose of caffeine on cognitive performance.Psychopharmacology (Berl). 1998 Nov;140(1):116-9.

  8. Jarvis MJ. Does caffeine intake enhance absolute levels of cognitive performance?Psychopharmacology (Berl). 1993;110(1-2):45-52.

  9. Hindmarch I, Quinlan PT, et al. The effects of black tea and other beverages on aspects of cognition and psychomotor performance.Psychopharmacology (Berl). 1998 Oct;139(3):230-8.

  10. Johnson-Kozlow M, Kritz-Silverstein D, et al. Coffee consumption and cognitive function among older adults. Am J Epidemiol. 2002 Nov 1;156(9):842-50. Texte intégral

  11. Natella F, Nardini M, et al. Coffee drinking influences plasma antioxidant capacity in humans. J Agric Food Chem 2002 October 9;50(21):6211-6.

  12. Higdon JV, Frei B. Coffee and health: a review of recent human research. Crit Rev Food Sci Nutr 2006;46(2):101-23.

  13. Hernan MA, Takkouche B, et al. A meta-analysis of coffee drinking, cigarette smoking, and the risk of Parkinson's disease. Ann Neurol 2002 September;52(3):276-84.

  14. Choi HK, Willett W, Curhan G. Coffee consumption and risk of incident gout in men: A prospective study. Arthritis Rheum 2007 May 25;56(6):2049-55.

  15. Klatsky AL, Morton C, et al. Coffee, cirrhosis, and transaminase enzymes. Arch Intern Med 2006 June 12;166(11):1190-5.

  16. Jensen TK, Henriksen TB, et al. Caffeine intake and fecundability: a follow-up study among 430 Danish couples planning their first pregnancy. Reprod Toxicol 1998 May;12(3):289-95.

  17. Stanton CK, Gray RH. Effects of caffeine consumption on delayed conception. Am J Epidemiol1995 December 15;142(12):1322-9.

  18. Hurrell RF, Reddy M, Cook JD. Inhibition of non-haem iron absorption in man by polyphenolic-containing beverages. Br J Nutr 1999 April;81(4):289-95.

  19. L Higdon JV, Frei B. Coffee and health: a review of recent human research. Crit Rev Food Sci Nutr2006;46(2):101-23.

  20. Santé Canada. La caféine et votre santé. 2005. [Consulté le 10 avril 2007].