Vivre avec la maladie

Réadaptation cardiaque
Phase 2

La phase 2 est la phase de transition entre le séjour hospitalier et le retour à la vie normale. C'est la période de rééducation active sous surveillance médicale et d'éducation comportementale vis-à-vis du tabac, de l'alimentation, du stress, de la séden

En pratique, cette phase s'effectue soit : 

  • en centre de réadaptation cardio-vasculaire, 
  • en hospitalisation complète,
  • en hospitalisation de jour.

L'expertise initiale

Un premier bilan indispensable permet de rechercher les séquelles de l'atteinte cardiaque (angine de poitrine, trouble du rythme cardiaque, insuffisance cardiaque) et d'évaluer les autres handicaps (complication post-opératoire ou problème médical associé).

Il comprend une série de mesures et d'examens :

  • une épreuve d'effort (sur vélo d'appartement ou tapis roulant) sous traitement et limitée par les symptômes, complétée si possible par une mesure de la consommation d'oxygène (VO2max),

  • une mesure de la capacité pulmonaire ; un enregistrement Holter de l'électrocardiogramme sur vingt-quatre heures, complété éventuellement par un Holter tensionnel (enregistrement sur vingt-quatre heures de la tension artérielle),

  • un écho-Doppler cardiaque.

Le ré-entraînement à l'effort

L'objectif est d'atteindre une capacité permettant la plupart des efforts de la vie courante sans gêne. Cet objectif varie en fonction de votre âge, de votre capacité fonctionnelle antérieure et de la pathologie cardiaque.

Modifier les comportements

La période de réadaptation doit aussi comporter une prise en charge psychologique afin de vous aider à reprendre confiance en vous. 
Autre temps fort de la réadaptation : la lutte contre les facteurs de risque cardio-vasculaire. Il s'agit bien de modifier les comportements vis-à-vis du tabac, de l'alimentation et de la sédentarité, par des réunions de groupe ou des entretiens individuels, parfois sous la forme d'ateliers cuisine ou de relaxation par exemple). Il s'agit aussi de vous convaincre de devenir acteur de votre propre santé.

Évaluer les possibilités de reprise du travail

La prise en charge des accidents cardiaques aigus permet désormais une reprise professionnelle plus fréquente et plus précoce, notamment après un infarctus du myocarde.
Cette reprise sera d'autant plus réussie qu'elle aura fait l'objet d'une entente préalable pendant la période de réadaptation.

Les possibilités de reprise de travail doivent être envisagées avec l'assistante sociale, le médecin du travail et éventuellement avec l'organisme de reclassement professionnel.

La visite de pré-reprise

Avant la fin d'un arrêt de travail prolongé (supérieur à trois mois) pour maladie ou accident, une rencontre avec le médecin du travail, dans le cadre d'une visite de pré-reprise, peut être déterminante pour préparer la réinsertion du salarié en lui permettant par exemple d'obtenir une éventuelle adaptation du poste de travail ou un aménagement des horaires

 La visite de pré-reprise accorde au médecin du travail un certain délai pour préparer le retour du salarié, lui donne plus de temps pour trouver une solution dans l'entreprise, pour faire intervenir les aides extérieures ou pour organiser les échanges entre les différents acteurs de la réinsertion professionnelle.

 Il faut savoir toutefois que c'est le salarié qui doit solliciter personnellement cette visite pour un arrêt supérieur à trois mois.

Après l’accident coronaire

Télécharger