Nos campagnes

Rétrospective publicitaire

Retrospective de nos campagnes vidéo

Préjugés

décembre 2015
Le cri d’alerte lancé par la Fédération Française de Cardiologie, réalisé par Maïwenn

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les maladies cardio-vasculaires ne touchent pas uniquement les hommes et le nombre de femmes jeunes concernées ne cesse de s’accroître.
Ces maladies représentent aujourd’hui la première cause de mortalité chez les femmes. Aujourd’hui, les maladies cardio-vasculaires tuent 400 personnes par jour dont 52% de femmes de tous âges.

Pour dire halte aux préjugés, la Fédération Française de Cardiologie a lancé en 2015 un cri d’alerte. Celui-ci fait écho au chapitre « Cœur de Femmes » du livre blanc réalisé avec l’appui de 21 grandes organisations et réseaux professionnels en 2014.

Découvrir la campagne

 

Casting

septembre 2016
Près de la moitié des femmes victimes d’un infarctus n’ont pas eu de symptômes classiques

Chez une femme, l’infarctus ne se manifeste pas toujours comme chez un homme (douleur dans la poitrine irradiant le bras gauche et la mâchoire…). En effet, près de la moitié des femmes de moins de 60 ans, victimes d’un infarctus du myocarde, n’ont pas ressenti de symptômes classiques. Cette méconnaissance engendre un retard de diagnostic et une prise en charge thérapeutique plus tardive, ce qui réduit les chances de survie…

Les femmes doivent apprendre à reconnaître les symptômes atypiques de l’infarctus que sont : l’oppression thoracique, la difficulté à respirer, les palpitations, l’essoufflement à l’effort et parfois au repos, une grande fatigue persistante, des troubles digestifs ou nausées. Si ces symptômes apparaissent de façon brutale et intense, il est vital de contacter les services d’urgence en appelant le 15.

Découvrir la campagne

 

Laissez les tomber

février 2017
La capacité cardio-vasculaire des enfants a baissé de 25% en 40 ans !

“En 1971, un collégien courait 600 mètres en 3 minutes, en 2013 pour cette même distance, il lui en faut 4 ! ” Pr François Carré, cardiologue au CHRU de Rennes et membre de la FFC

On constate une augmentation de l'inactivité physique et du temps passé assis dans le mode de vie actuel des enfants et des adolescents. Ils participent grandement à la progression inquiétante du surpoids et de l’obésité qui touche les jeunes. Ce surpoids associé à la sédentarité explique la réduction significative de la capacité physique des plus jeunes.

Découvrir la campagne

Bonne journée pourrie

février 2018
La sédentarité pourrait tuer autant que le tabac

La sédentarité aurait été en 2008 à l'origine de plus de 5 millions de décès dans le monde contre 5,1 millions pour le tabac*. Au quotidienle maintien ininterrompu de la position assise prolongée et le manque d’activité physique sont un facteur de développement des facteurs de risque cardio-vasculaire, comme l’hypertension artérielle (+12%)*, le diabète (+ de 12 à 35 %)* et l’élévation du cholestérolLe choix d’un mode de vie sédentaire est donc une cause majeure d’obésité

Découvrir la campagne

* Source : méta-analyses publiées dans l’International Chair on Cardiometabolic Risk (ICCR) en 2012.

Oh my dog !

février 2018
Le chien est le meilleur ami de l’Homme et encore plus des seniors.

Un chien apporte de la présence, de la joie, et surtout incite à bouger davantage ! La compagnie d’un chien permet également de lutter contre la solitude et la sédentarité, et réduit jusqu’à 36%* le risque de mourir d'une maladie cardio-vasculaire.

Découvrir la campagne

* Sources : Mubanga M et al. « Risques d’accidents et de mortalité cardio-vasculaires pour les possesseurs d'un chien - une étude de cohorte nationale ». Sci Rep 2017; 7: 15821

Mis à jour le 28/08/2020