Réduire le risque cardio-vasculaire

Maîtriser
son taux de cholestérol

QUELLES SONT LES CAUSES D'UN EXCÈS DE CHOLESTÉROL ?

On distingue 4 grandes causes à l'excès de cholestérol.

  • Des facteurs alimentaires.

L'influence de l'environnement et de l'alimentation est prépondérante. Une alimentation trop riche en graisses saturées provenant des graisses animales, de certaines viandes et des dérivés gras du lait à une influence directe sur le taux de cholestérol.

  • Des facteurs génétiques et héréditaires

L'hypercholestérolémie ne se transmet pas systématiquement entre générations (sauf certaines formes familiales rares) mais on retrouve souvent plusieurs cas au sein d'une même famille.

  • Certaines maladies du foie, des reins ou de la thyroïde qui favorisent une élévation du taux.

  • Certains médicaments comme les diurétiques, les anti-acnéiques, les contraceptifs oraux, ou la cortisone qui peuvent être directement responsables de taux élevés de cholestérol.

COMMENT ABAISSER SON TAUX DE CHOLESTÉROL ?

  • Le régime méditerranéen, une autre façon de s'alimenter

On meurt beaucoup moins d'infarctus dans les pays méditerranéens que dans le reste du monde et c'est en grande partie grâce à l'alimentation. Les habitudes alimentaires séculaires des Grecs et des Crétois ont été examinées à la loupe par les nutritionnistes et elles sont devenues le symbole de l'alimentation santé.

Point fort du régime méditerranéen : les végétaux, en particulier les fruits et les légumes frais. Privilégiez les céréales, l'huile d'olive en assaisonnement, les légumes en grande variété (tomates, poivrons, courgettes, aubergines, concombres, fèves, lentilles...), les fruits en abondance, le poisson (toutes variétés) deux à trois fois par semaine.

Consommez modérément des fromages frais et de la viande en privilégiant les viandes blanches, et, si vous buvez du vin, limitez-vous à deux verres par jour.

On l'aura compris, la modification de son alimentation est la première étape, indispensable, pour réussir une diminution d'un taux trop élevé de cholestérol.

Les bons reflexes à adopter :

  • Manger beaucoup de légumes verts et de crudités (au moins une portion de chaque par jour) et au moins deux fruits frais.

  • Utiliser des huiles végétales (tournesol, olive, colza...) pour la cuisine et l'assaisonnement, afin de réduire l'ingestion de graisses saturées néfastes. Éviter les margarines dures (du type Végétaline®), les huiles de palme et de coprah.

  • Manger légèrement le soir en préférant se rattraper le matin, au petit-déjeuner (c'est pendant la nuit que le foie fabrique du cholestérol). La sagesse populaire formalisait ainsi cette règle :"Au petit déjeuner, repas de roi ; au déjeuner, repas de prince ; au dîner, repas de mendiant".

  • Manger du poisson (y compris les poissons gras) au moins deux fois par semaine.

  • Diminuer les apports en graisses saturées (d'origine animale terrestre) : éviter le beurre, la crème, les charcuteries et les viandes grasses, les fromages gras, les pâtisseries, viennoiseries, tartes salées et pizzas qui comportent souvent une grande quantité de graisses. Préférer les viandes blanches : veau, dinde et poulet.

Apprendre à lire les étiquettes sur les aliments et les plats préparés. Elles apportent souvent de nombreuses informations sur la quantité et le type de lipides. Dans la mesure du possible, retrouver le plaisir de la cuisine, dans laquelle on peut contrôler exactement ce que l’on mange, à la nourriture industrielle.

La diététique est un traitement à part entière. Dans bon nombre de cas, la simple modification des habitudes alimentaires et la reprise d'une activité physique régulière sont suffisantes.

  • Les traitement médicamenteux et les acides gras

Les acides gras dits Oméga 3 sont particulièrement bons pour les artères. Ils fluidifient le sang et évitent la formation de caillots.

On les trouve :

  • dans les huiles de soja, de noix, de colza, en assaisonnement,

  • dans les poissons gras (saumon, thon, hareng, maquereau, sardine, etc.)

Les hypocholestérolémiants, médicaments abaissant le cholestérol sont efficaces et bien tolérés. Leur prescription doit cependant rester exceptionnel chez le patient à faible risque cardio-vasculaire.

La priorité est de traiter les patients à haut risque, pour lesquels le LDL-cholestérol doit être inférieur à 1 g/l (malades avec des antécédents de maladie coronaire ou d'accident vasculaire cérébral, ou d'artérite des membres inférieurs compliquée), ainsi que des les diabétiques de type 2 avec complications rénales et, enfin, les personnes avec un risque cardio-vasculaire élevé, c’est à dire qui, à 10 ans, ont soit un risque de faire un événement cardio-vasculaire supérieur à 20 %, soit un risque de mourir d’un événement cardio-vasculaire supérieur à 5%.

Sources :

Sur le régime méditerranéen : de Lorgeril M, Salen P, Martin JL, et al. Mediterranean diet, traditional risk factors and the rate of cardiovascular complications after myocardial infarction.

Final report of the Lyon Diet Heart Study Circulation 1999;99:779-85

Découvrez notre brochure sur le cholestérol

Télécharger