Je dis non au tabac

Jamais la 1ere cigarette

« Jamais la première cigarette» reste d’actualité !

Eviter l’expérimentation de la première cigarette : un message fort de la FFC

Depuis 1997, la Fédération Française de Cardiologie s’est engagée dans la lutte contre le tabagisme auprès des enfants et des adolescents. Cela initialement  au travers d’une campagne annuelle « Jamais la première cigarette », qui associait une enquête sur la consommation tabagique des 8-10 ans et des 11-15 ans et la création de message de prévention « par » et « pour » les jeunes au travers  d’un concours d’affiche pour les 8-10 ans et d’un concours de story board pour les 11-15 ans. Dans ces enquêtes, entre 30 et 35% des garçons et des filles de 11 à 15 ans avaient fait l’expérimentation d’au moins une cigarette !

 

Cette action de prévention du tabagisme chez les jeunes est actuellement intégrée dans le « Parcours du cœur scolaire » parallèlement à la promotion de l’activité physique et d’une alimentation équilibrée.

 

Pourquoi ce message « Jamais la première » est-il aussi fondamental ?

La première cigarette conduit au tabagisme quotidien pour plus de 2/3 des personnes [1].

Ce sont les conclusions d’une analyse ayant combiné les résultats de 8 études menées (aux USA, Royaume-Uni, Australie, Nouvelle-Zélande) entre 2000 et 2016 sur plus de 200.000 participants.  Etaient analysés l’ « expérimentation » et « la pratique du tabagisme ». L’analyse globale montre que :

  •  60,3% des participants avaient essayé de fumer une cigarette  
  •  68,9% d’entre eux étaient devenus des fumeurs quotidiens

Ainsi, près de 7 personnes sur 10 qui fument une première cigarette deviennent, au moins temporairement, des fumeurs quotidiens.

 

Comment un tel taux de conversion de la première cigarette à un tabagisme quotidien  est-il possible ?

Si seulement 3 à 5% des fumeurs qui ont essayé d'arrêter de fumer sans aucune aide réussissent à passer le cap des 12 mois, c’est tout simplement parce que le tabac est pour la majorité des fumeurs une « drogue dure ». Des études ont montré que le tabac est à l’origine d’une addiction plus puissante que celle induite par l’alcool, la cocaïne et les opiacés [2].

Cette dépendance au tabac est d’autant plus puissante que l’expérimentation et le tabagisme quotidien a été précoce, en particulier avant 15 ans. Ceci est lié au fait que les structures cérébrales en développement sont plus sensibles à l’installation de cette addiction.

Ces données représentent un argument majeur pour développer des interventions de dissuasion de toute expérimentation de la cigarette chez les adolescents.

Un espoir : le tabagisme commence à diminuer chez les jeunes français

L’enquête ESCAPAD, qui a lieu tous les 3 ans depuis 2000 lors de la Journée défense et citoyenneté, porte sur la santé de plus de 40 000 jeunes garçons et jeunes filles âgés de 17 ans, ainsi que sur leurs consommations de produits psychoactifs, dont le tabac [3].

En 2017, cette enquête montre, qu’ils sont par rapport à 2014:

  • 9% de moins (59% au lieu de 68,4%) à avoir déjà expérimenté la cigarette
  • 7% de moins (25,1% au lieu 32,4%) à être fumeurs quotidiens
  • avec un âge moyen d’expérimentation plus élevé : 14,4 contre 14,0 ans.
  • et un âge moyen où ils deviennent fumeurs quotidiens lui aussi retardé, passant de 14,9 à 15,1 ans.

ESCAPAD : Evolution du pourcentage d’expérimentation de produits du tabac, de fumeurs dans le mois précédent et de fumeurs quotidiens entre 200 et 2017

 

Ce niveau de tabagisme est le plus bas mesuré depuis presque deux décennies chez ces jeunes de 17 ans. Est-ce l’effet des mesures de santé publique ? (interdiction de fumer dans les lieux publics, prix du tabac, paquet neutre, mois sans tabac…) ou des campagnes d’information ?.

Obtenir une nouvelle génération sans tabac  n’est pas une utopie !

Pour cela, il faut poursuivre activement cette dénormalisation du tabac auprès des jeunes et c’est une des missions majeures de prévention de la FFC.

« Grandir sans tabac doit devenir le droit de chaque enfant dans le monde » Hiroshi Nakajima, ancien Directeur Général de l ’OMS de 1988 à 1998

Sources : 

[1] Birge M, Duffy S, Miler JA, Hajek P. What proportion of people who try one cigarette become daily smokers? A meta-analysis of representative surveys. Nicotine Tob Res. 2017: [Epub ahead of print].  doi: 10.1093/ntr/ntx243.

[2] Moore RA, Aubin HJ. Do placebo response rates from cessation trials inform on strength of addictions?  Int. J. Environ. Res. Public Health 2012, 9, 192-211

[3] Spilka S, Le Nézet  O, Janssen E et al . Les drogues à 17 ans : analyse de l’enquête ESCAPAD 2017 (Enquête sur la Santé et les Comportements lors de l’Appel de Préparation à la Défense) OFDT. Tendances n°123 Février 2018.

https://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/eftxssy2.pdf

 

Les enquêtes Jamais la première cigarette (2001-2011)

Entre 2001 et 2011, profitant de sa campagne de prévention anti-tabac Jamais la première cigarette auprès des scolaires, la Fédération Française de Cardiologie a réalisé des enquêtes barométriques visant à communiquer avec les jeunes sur le thème du tabac, à identifier leurs pratiques et à déterminer les axes possibles d'action pour lutter contre le tabagisme.

À partir de 2007, l'enquête qui connaissait un vrai succès à été scindé en deux branches distinctes, l'une s'intéressant aux pratiques des collégiens, l'autre se tournant vers l'école élémentaire et les élèves de CM1 et CM2. Toutes ces études sont téléchargeables ici au format pdf.

Enquête unique (2001-2006)

Résultats baromètre JLPC 2001-2002
Résultats baromètre JLPC 2002-2003
Résultats baromètre JLPC 2003-2004
Résultats baromètre JLPC 2004-2005
Résultats baromètre JLPC 2005-2006
Résultats baromètre JLPC 2006-2007

Enquête auprès des CM1-CM2

Année 2007
Année 2008
Année 2009
Année 2010
Année 2011

Enquête auprès des collégiens

Année 2007
Année 2008
Année 2009
Année 2010
Année 2011